Réponse aux priorités de santé publique

print
L’agenda international en santé a longtemps été orienté sur les maladies infectieuses et la santé reproductive, maternelle, néonatale et infantile (SRMNI). L’émergence de la pandémie mondiale du VIH/Sida au cours des années 1990 a renforcé l’investissement de la communauté internationale sur ces questions qui constituaient alors la priorité numéro 1 de la santé internationale.

Mais l’approche verticale privilégiée pour remédier aux ravages des grandes pandémies (au-delà du VIH/Sida, ce terme désigne notamment la tuberculose et le paludisme) s’est en même temps déployée au détriment du renforcement des systèmes de santé et de la prise en compte des autres maladies et priorités de santé publique.

Or, à l’exception de quelques rares régions ou pays, le monde connait une transition épidémiologique qui s’accompagne d’une amélioration de l’hygiène, de l’alimentation et de l’organisation des services de santé et d’une transformation des causes de décès. Les maladies infectieuses passent progressivement au second plan considérant l’évolution du poids mondial des maladies. Elles diminuent graduellement au profit des maladies chroniques et dégénératives et des accidents qui impactent de plus en plus la mortalité et la morbidité mondiales.

Bien que l’agenda des maladies infectieuses et de la SRMNI reste de première importance, particulièrement en Afrique subsaharienne, l’incidence des maladies chroniques – maladies cardiovasculaires, cancers, diabètes, etc. – constitue dorénavant l’agenda prioritaire pour la santé mondiale, auquel il faut ajouter les autres priorités de santé publique que sont notamment la santé mentale, l’obésité, le traitement des blessures et des accidents, les addictions, la santé environnementale, etc.

Cet ensemble constitue les priorités de santé publique qu’Expertise France s’attache progressivement à couvrir, avec une attention toute particulière pour la sécurité sanitaire internationale, les maladies non transmissibles et la santé reproductive, maternelle et néonatale. Pour agir efficacement sur ces enjeux, une véritable approche de santé publique est nécessaire. Elle implique de développer des politiques publiques ambitieuses (sur le plan préventif, thérapeutique, de la recherche et de l’innovation etc.) comme par exemple en matière de lutte contre le tabagisme, et d’agir sur les déterminants sociaux de la santé.

Nos projets dans ce domaine

Pour répondre à ces priorités de santé publique, Expertise France a développé plusieurs projets innovants. A titre d’exemples, on peut citer son action en matière de :


De renforcement de la prise en charge des cancers pédiatriques au Burkina Faso, au Cameroun, en Côte d’Ivoire au Mali, au Maroc et en République centrafricaine, via un projet financé par le ministère des Solidarités et de la Santé et le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères ;


De réduction de l’incidence du tabac sur la santé, en particulier sur la morbidité et la mortalité au Burkina Faso, via le projet Voussongo, financé par le ministère des Solidarités et de la Santé et le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères ;

Découvrir Voussongo


D'amélioration de la santé de la mère et de l’enfant et de diminution de la mortalité maternelle, néonatale et infantile au Tchad, via le projet PASST2, financé par l’Agence française de développement (AFD).

Découvrir le PASST2