Projet pilote « Relèvement & stabilisation en République centrafricaine » : focus sur Berberati

print
République centrafricaine
Lancé en 2016, le projet pilote « Relèvement & stabilisation en République centrafricaine » prendra fin début juillet 2019. Il a accompagné la stabilisation et le relèvement de l’administration, de la société et de l’économie. Début mai, l’équipe du projet et ses nombreux partenaires à Bangui et en province se réuniront pour un atelier de capitalisation. Retour sur les activités menées dans la région n°2, dans l’ouest du pays.

Lancésur financement du fonds fiduciaire de l’Union européenne pour la République centrafricaine, le Fonds Bêkou, le projet de « Relèvement & stabilisation en RCA » a été initié suite aux crises politico-militaires successives, et notamment la dernière que le pays a connue en 2012-2013. Pendant 38 mois, le projet a eu pour objectif de contribuer à la stabilisation et au relèvement précoce de la société en renforçant les capacités locales et le dialogue dans les régions n°2 (dont le chef-lieu est Berberati) et n°5 (dont le chef-lieu est Bria), dans une approche transversale et participative.

Rétablir la présence de l’Etat en région

L’un des premiers objectifs du projet était d’accompagner le redéploiement des services déconcentrés, pour contribuer à rétablir l’autorité de l’Etat en région.

A Berberati, des formations ont permis de renforcer les capacités des autorités administratives (préfets, directeurs régionaux, chefs de service préfectoral…) en déontologie administrative, management des services administratifs… La priorité était de donner aux fonctionnaires et agents de l’Etat les clés pour administrer les structures déconcentrées de façon efficace et transparente.

Ce volet humain a été accompagné d’une dimension infrastructure, puisque des bâtiments administratifs ont été construits ou réhabilités et équipés. Des infrastructures d’utilité générale (abattoir, marché à bétail…) ont aussi été rénovées. C’est également dans la préfecture de la Mambéré Kadeï que sera installé l’un des premiers ponts métalliques donné par l’Etat français à la RCA dans le cadre du Projet de désenclavement des régions en République centrafricaine – qui vise à réhabiliter des infrastructures de transport dans certaines localités isolées qui présentent des axes stratégiques et permettre ainsi le désenclavement des régions.

Favoriser le dialogue et l’implication de la société

Le projet avait aussi pour but de travailler sur les dynamiques communautaires et renforcer la cohésion sociale pour contribuer à atténuer les conséquences sociales de la crise de 2012-2013.

Ainsi, des activités de sensibilisation ont été menées pour déconstruire les stéréotypes intercommunautaires. Des « agents sensibilisateurs » dans le cadre d’activités sur la justice transitionnelle ont été formés ; des chefs de quartier ont  été renforcés dans leurs rôles et responsabilités vis-à-vis de leurs concitoyens (capacités à gérer l’administration quotidienne d’un quartier/village).

 

 

L’ONG Avocats sans frontières Belgique, partenaire sur le projet, a également appuyé les acteurs actifs en matière d'accès au droit et à la justice, en particulier sur les modes alternatifs de règlement des conflits, pour limiter le recours à la justice privée.

Toujours dans cette optique de sensibilisation et de dialogue, une pièce de théâtre intitulée « Kete kodro, kota kodro », traitant des sujets de redéploiement de l’Etat en région, de la problématique liée à la citoyenneté et du vivre-ensemble, a été montée en collaboration avec l’Alliance française de Bangui. Une tournée avec une petite troupe de 3 comédiens centrafricains a été menée dans la région n°2. Au total ce sont 15 représentations qui se sont déroulées avec en moyenne 500 à 600 spectateurs. L’accueil a été positif, et la pièce a permis d’engager des débats passionnés autour des enjeux du projet.

Enfin, moyen privilégié de diffuser l’information à toute la population, les radios locales ont elles aussi été impliquées. Après la crise, leur action était limitée par manque de ressources financières, matérielles et humaines. L’opérateur français CFI, en partenariat avec l’Association des radios communautaires (ARC), les a donc accompagnées par des formations – par exemple sur le journalisme sensible au conflit – et dans la réalisation d’émissions, ainsi que par la fourniture et l’installation d’importants équipements pour améliorer leur capacité de production, assurer la diffusion malgré les problèmes d’électricité et étendre leur zone de couverture.
 

A lire aussi : Zukpana devient radio régionale !


Au début du mois de mai 2019, l’atelier de capitalisation réunira l’ensemble des acteurs impliqués dans la mise en œuvre de ce projet pilote, afin d’échanger sur les résultats, les impacts et d’en tirer des enseignements en matière d’appui aux initiatives liées à la gouvernance et au développement local des zones isolées.
 

En savoir plus sur le projet « Relèvement & stabilisation en RCA »

@EFenRCA    @ExpertiseFranceRCA

Dernières publications