Saut au contenu

PARSEC : contribuer au renforcement de la sécurité et de la gestion des frontières au Mali
Soutenir les autorités maliennes dans la sécurisation du centre du Mali

print
Dans la région de Mopti © Minusma - Marco Dormino

Objectif

Le Programme d'appui au renforcement de la sécurité (PARSEC) a pour objectif d’appuyer les autorités maliennes dans le rétablissement de la sécurité et de l’Etat de droit dans le centre du Mali, en coordination avec les missions européennes EUCAP et EUTM.
  • 29 M€
    BUDGET
  • 30/01/2017
    DEBUT DU PROJET
  • 42 mois
    DUREE

PARSEC : un programme d’appui à la stabilisation d’une zone fragilisée


Focalisé sur le périmètre géographique de la région de Mopti, au centre du Mali, ainsi que sur les frontières le long du Burkina Faso et du Niger, le PARSEC soutient les efforts des autorités maliennes et de leurs partenaires internationaux en faveur de la stabilisation et du développement économique et social de cette zone fragilisée.

L'action vise ainsi à contribuer au renforcement de l’Etat de droit dans cette région en permettant une présence accrue et effective des forces de sécurité et de défense, ainsi qu’une meilleure gestion des frontières.

Une approche novatrice qui participe de la concrétisation de la stratégie de l’UE pour la sécurité et le développement au Sahel


La stratégie de l’UE pour la sécurité et le développement au Sahel constitue une approche intégrée visant à faire converger différents programmes et instruments de politique extérieure européens vers des objectifs communs, proposant ainsi de lier concrètement les problématiques de sécurité et de développement.

Ainsi, le programme PARSEC a la particularité d’avoir été conçu en étroite collaboration avec la Délégation de l’Union européenne et les 2 missions PSDC au Mali, EUCAP Sahel Mali (EU Capacity Building Mission) et EUTM Mali (European Training Mission).

La mise en œuvre sera également concertée. Il s’agit ainsi pour l’Union européenne d’imbriquer étroitement l’ensemble de ses instruments pour favoriser un effet multiplicateur à ses actions.

Considérant la volatilité du contexte local, il a été décidé de distinguer deux étapes dans la mise en œuvre de ce projet : une phase d’identification de 4 à 6 mois suivie d’une phase de mise en œuvre opérationnelle de 36 mois. Cette flexibilité dans la conception assure au projet une adaptation précise à l’évolution de la situation et des besoins.

 

Pour en savoir plus, consultez la Stratégie de l’UE pour la sécurité et le développement au Sahel.